Antoine Plamondon
(1804-1895)
peintre et portraitiste

Le portrait occupe une place importante dans la production artistique du Québec au début du XIXe siècle.

Antoine Plamondon est l'un des portraitistes les plus en vue de l'époque.

Né le 29 février 1804 à l'Ancienne-Lorette, il est d'abord élève de l'autodidacte Joseph LÉGARÉ (1795-1855), durant 6 ans. Il parfait ensuite sa formation en Europe de 1826 à 1830. À Paris, il est l'élève de J.B. PAULIN GUÉRIN, peintre officiel du roi Charles X, le dernier du règne des Bourbons.

En 1830, il ouvre un atelier à Québec et se spécialise dans les portraits de bourgeois et dans les copies d'oeuvres religieuses.

Il enseigne le dessin dans de nombreuses maisons d'enseignement et Théophile HAMEL (1817-1870) l'aura 6 ans pour maître. Celui-ci, portraitiste du gouvernement chargé de faire le portrait de tous les orateurs de la Chambre d'assemblée depuis 1791 (Louis-Joseph PAPINEAU posera pour lui durant 3 jours en juin 1854 à cette fin), sera à son tour le maître de Napoléon BOURASSA (1827-1916), futur gendre de PAPINEAU.

En 1838, la Société littéraire et historique de Québec décerne à PLAMONDON une médaille pour son tableau « Zacharie Vincent, le dernier des Hurons », que le gouverneur, lord DURHAM, lui achète.

En 1851, il déménage son atelier à Neuville, à 30 km en amont de Québec. Il continuera de peindre jusque dans les années 1880. À la fin, il réalisera des portraits à partir de photographies (le daguerréotype date de 1839). En 1880, il est nommé vice-président-fondateur de l'Académie royale des arts du Canada.


On trouve des oeuvres d'Antoine PLAMONDON au Musée du Québec et au Musée des Beaux-Arts de Montréal.

On lui doit aussi, entre autres :

    • L'ex-voto de Sainte-Anne, dans l'église Notre-Dame (Québec)
       
    • L'ex-voto de monsieur Juing, dans la chapelle commémorative de Sainte-Anne-de-Beaupré (1825)
       
    • Le Miracle de Sainte-Anne, dans les églises Sainte-Famille (Cap-Santé, 1825), de Sainte-Luce (1842), de Sainte-Marie (Beauce, 1843), de Saint-Joseph de Lévis (Lauzon, 1856) et de Saint-Jean (île d'Orléans, 1856)
       
    • Le Naufrage, dans l'église Saint-Jean-Baptiste (Les Écureuils)
       
    • une vingtaine de tableaux dans l'église Saint-François-de-Sales (Neuville)
       
    • la Madone de Saint-Sixte et Saint Charles-Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan, dans l'église de Saint-Elzéar
       
    • une fresque (1848) au dessus du maître-autel de la cathédrale Saint-Charles-Borromée (Joliette)
       
    • un tableau de l'Assomption (1868) dans la chapelle du Bon-Pasteur à Québec.

Il a peint le portrait de célébrités, tel Louis-Joseph PAPINEAU et son épouse, Julie BRUNEAU-PAPINEAU (en 1836).

Louis-Joseph PAPINEAU
Antoine PLAMONDON
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa


Julie BRUNEAU et sa fille Ézilda PAPINEAU (1828-1894)
en 1836

Antoine PLAMONDON
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa

 

Antoine PLAMONDON est décédé en 1895 à Neuville.


RETOUR en début de page        ( UP to the Top of this Page )
Ce site DELAGRAVE d'Amérique est dû au concours de
Denis AUBERT pour la mise en forme et l'hébergement
Andrée DELAGRAVE et la parentèle participante
pour la recherche et les données

© Copyright 2000 - Tout droit réservé par Les Projets DA-GO et Andrée Delagrave

Date de la dernière modification : 10 juin 2006

URL  : http://www.da-go.com/Delagrave/Amerique/Annexe/PLAMONDON_Antoine.html